Des cuisines et des hommes
Lifestyle22 juillet 2019

Des cuisines et des hommes

Brillat-Savarin aurait pu tout aussi dire : montre-moi ta cuisine et je te dirai qui tu es… Nouveau révélateur de classe sociale, la cuisine devient le centre du foyer, où la famille est véritablement réunie, où l’on reçoit tout au long des préparations avant de passer à table. De plus en plus sophistiquée, elle est aussi de plus en plus masculine.

Le monde masculin se divise désormais en deux, il y a les hommes qui lustrent et chérissent la carrosserie de leur coupé et ceux qui aiment à découper sur le marbre de leur plan culinaire. Avec le plaisir croissant procuré par la cuisine, dans celui de la faire et celui indissociable de la partager, nous voyons de plus en plus d’hommes investir dans ce qu’ils considèrent comme la pièce principale de leur logis. A la recherche de nouveaux aménagements avec des matériaux aussi nobles que variés, du palissandre au laiton, des inox brossés au chêne massif du comptoir qui les séparent du séjour où patientent les convives alléchés par les effluves sorties de leur précieux piano. Quant à la conception de la cuisine, elle est souvent confiée à un designer ou à un architecte de renom tels Urquiola, Joe Colombo, Lissoni... Le ticket d’entrée pour une cuisine haut de gamme se situe généralement entre CHF30 000 et CHF70 000, considérant l’investissement du fourneau qui est à la cuisine ce que le moteur est à la voiture. Alors ils font le choix d’un îlot central Molteni plutôt qu’une Maserati, un quatre feux La Cornue plutôt qu’un SUV, une salamandre Lacanche au lieu d’une Morgan. Et puisqu’on a rien trouvé de mieux en fait de gastronomie que le gaz voire le four à bois de nos terrasses, la question qui demeure pour nos passionnés est : qui sera la Tesla de la cuisine?

Crédits photo : Mouvement / INTRASITE

Partager l'article

Continuez votre lecture