La domotique, ou la quête du confort domestique automatisé
05 janvier 2015

La domotique, ou la quête du confort domestique automatisé

Il est tard, vous voici de retour chez vous après une longue journée de labeur. Sans même y penser, l’éclairage augmente, le chauffage se met en marche, les volets s’ouvrent comme par magie ! Ce petit coup de pouce de la technologie a un nom, cela s’appelle la domotique. Grâce à l’automatisation et à la programmation de certains éléments du logement, elle permet d’offrir à ses heureux propriétaires un peu plus de bien-être, de sécurité et de temps, afin de s’adonner à toutes nos activités favorites avec plus d’énergie.

La « domotique » - Définition d’un concept pas si neuf que ça

Un grand besoin de confort

 

Terme issu du mot « domus » (maison en latin), la domotique englobe la gestion plus ou moins centralisée et automatisée d'un certain nombre d'appareils et de systèmes permettant d'améliorer les tâches au sein d'une maison. Reliés aux capteurs adéquats, chaudière et arrosage automatique peuvent aujourd'hui se déclencher au gré des besoins, y compris en l'absence des occupants. De même, les volets, qui n'ont plus à être manœuvrés deux fois par jour : comme l'éclairage, ils peuvent être programmés afin de simuler une présence à tout moment, ou entrer en action lorsque le jour baisse.

La domotique réunit plusieurs domaines techniques tels que le confort acoustique (installations de haut-parleurs, réglage d’intensité, etc.), la « sonification », la sécurité, la facilitation de déplacement pour personnes à mobilité réduite, la gestion de l’énergie et de la régulation automatique du chauffage (climatisation, ventilation), le pilotage d’appareils « électrodomestiques » ainsi que les électroménagers par programmation d'horaires et/ou de macros définies par l’usager.

Bien que l’origine de la domotique soit datée du début des années 80, la notion de confort n’a pas attendu le « tique », c’est-à-dire l’électronique, pour entrer dans la maison. En effet, même à l’époque de l’Égypte des pharaons, la notion de confort de l’habitat et des techniques employées pour faciliter les tâches était un thème de société important.

Chaque période de l’histoire possède son paradigme précis dans la recherche du confort domestique. Alors que dans l’Antiquité et le Moyen-Âge la notion d’espace était extrêmement importante, pendant l’ancien régime tout était basé sur l’ornementation. Aujourd’hui, c’est la notion d’automatisation qui se place au centre de nos préoccupations, avec la quête de liberté qu’elle englobe.

Mais faisons un bond de quelques décennies en arrière afin de bien comprendre comment et pourquoi la domotique s’est progressivement installée dans notre société. Des années 50 à aujourd’hui, tant d’époques et de besoins divers se sont succédés afin d’arriver au concept d’habitat, de confort, d’automatisation et de sécurité que nous connaissons actuellement.  

Années 50 – Le confort moderne

Asimov, les « lois de la robotique » et le rêve américain

 

1950, Gnome Press sort ce qui demeurera un classique de la science-fiction ou encore mieux du roman d’anticipation, le recueil de nouvelles intitulé « I, Robot » par Isaac Asimov. Comme vous pouvez vous en douter, l’histoire tourne autour de robots programmés pour servir l’homme et réaliser à sa place les diverses tâches quotidiennes…

À cette même époque s’ouvre l’âge du « confort moderne ». L’idée est celle de démocratiser le confort, élargir son cadre, grâce aux installations d’hygiène (salle de bain moderne) et techniques (chauffage central, électricité, téléphone, TV, etc.). On est alors en plein rêve américain, avec l’irruption dans les foyers des « arts ménagers ». Quatre ans plus tard, seulement 10% de la population possède un réfrigérateur, nous sommes bien loin de la maison robotisée.

Ce qui pouvait ressembler à une folle utopie il y a 64 ans est aujourd’hui « normal ». L’unique différence réside dans le fait que ce petit robot, imaginé par Asimov, n’est plus d’actualité. L’androïde a été remplacé par notre propre maison ou nos électroménagers qui prennent en charge, ou du moins nous facilitent considérablement, nos activités ménagères. Bienvenue dans l’aire de la domotique !

Années 80 - La maison motorisée

Bruno Latour et la naissance d’un concept nommé « domotique »

 

Apparue, dans ces premiers développements au début des années 80 en conséquence de la miniaturisation des systèmes électroniques et informatiques, la domotique est l’ensemble des techniques visant à intégrer à l'habitat tous les automatismes en matière de sécurité, de gestion de l'énergie, de communication, etc.

Journaliste visionnaire, Bruno Latour créé en 1984 « l’Association pour les Maisons du Futur », véritable source de réflexion pour ce qui deviendra le concept de « domotique ». Latour aura largement contribué aux diverses manifestations et rencontres entre industriels et autres professionnels dans le but de faire découvrir ce nouveau concept.

Durant cette période, la crise du bâtiment, mais également la saturation du marché de l’électronique et ses chutes de prix convainquent les entrepreneurs de la nécessité de s’unir. L’objectif est de renouveler l’offre, proposer des prestations nouvelles. Parmi les raisons de ce développement, impossible de ne pas évoquer la motivation des pouvoirs publics, mais encore et surtout l’évolution sociale.

Les personnes veulent plus de sécurité, une meilleure gestion des communications ainsi qu’un plus grand confort. Sachant que chaque année les incidents domestiques causent plus de morts que les accidents de la route, impossible de leur donner tort. Afin de vérifier l’identité des personnes voulant rentrer dans l’immeuble, régler facilement la température, contrôler les consommations et fuites éventuelles, commander des équipements à distance, etc., il faut recourir à une automatisation, à un concept technologiquement neuf. Mais les prix extrêmement élevés font de la domotique une chimère, un concept futuriste que seuls quelques millionnaires excentriques pouvaient se permettre.

Cependant, ce besoin accru et l’évolution du marché permettent à la domotique de faire son chemin, petit à petit. C’est ainsi que, progressivement, notre société entre dans l’époque de la maison motorisée où les volets, stores, portails, portes et garages découvrent les moteurs.  

Années 90 – La maison automatisée

Le progrès existe, mais coûte (encore trop) cher

 

La standardisation garantissant la compatibilité et l’interopérabilité des divers appareillages et systèmes provenant de différents fabricants est arrivée sur le marché au début des années 90. Il a bien fallu attendre une dizaine d’années depuis les premiers livres sur le sujet annonçant l'arrivée imminente de la domotique dans les foyers. Nous sommes en plein dans l’aire de la maison automatisée où les télécommandes remplacent les interrupteurs et les alarmes se couplent à la télésurveillance.

La maison « intelligente », celle qui pense à tout et fait tout à notre place est le fantasme de tous depuis l’apparition des premiers aspirateurs. Oui, car depuis le début du siècle dernier, notre société a énormément évolué. Tout le temps investi dans des tâches fastidieuses, lors de nos précieux instants hors travail, est vécu comme une défaite. La guerre contre le temps perdu est déclarée : automatisons et centralisons tout ce qui est possible ! Pourquoi s’en priver alors que les avancées technologiques nous le permettent ?

En nous libérant de nos tâches domestiques, les machines nous permettent de vaquer à nos loisirs. Ainsi, réhabiliter le travail ménager en le mécanisant signifie faire un pas supplémentaire vers le progrès humain. L’habitat ne protège plus seulement l’homme du froid, il créé un climat favorable à la vie, il agit en notre faveur grâce à la technologie.

Malgré tout, la domotique des années 90 reste un concept extrêmement onéreux, réservé à une élite. Le concept est les envies/besoins existent, mais la démocratisation des prix n’est pas encore au goût du jour.

Années 2000 – La maison « obéissante »

Faite par l’homme, pour l’individu et ses exigences

 

Les années 2000 sont celles des maisons pilotables à distance. Grâce au développement d’internet, les automatismes sont programmés et commandés via un ordinateur.

Nous avons dépassé le stade de « maison du futur » ou de « maison intelligente » pour rentrer dans l’aire de la « maison obéissante » ou encore mieux de la « maison intelligemment conçue », car fabriquées autour de l’individu et de ses besoins. Le marché propose des solutions « sur-mesure » prêtes à centraliser au maximum tout type de demande afin de proposer un produit reflétant à la perfection les besoins du client. Un client n’achète plus un produit, mais un service et un usage.

La domotique actuelle, en alliant l’électronique à l’informatique aux télécommunications, offre un confort énorme aux personnes, surtout les seniors et les personnes à mobilité réduite. Les nombreuses solutions technologiques permettent une surveillance à distance idéale pour ces personnes ayant besoin d’aide au quotidien. Cela permet une notamment une inscription plus tardive dans les maisons de retraite et souvent une indépendance retrouvée.

La domotique peut être « douce », donc non intrusive, s’adapter à son occupant. Des caméras peuvent être installées au pied du lit, les surfaces pourraient calculer les données importantes du corps de la personne (température, poids, tension, etc.) afin de surveiller l’évolution du patient à distance. En somme, la domotique pourrait clairement permettre d’améliorer l’hospitalisation à domicile.  

Aujourd’hui – Tout contrôler avec son smartphone

La démocratisation progressive des prix

 

Bien qu’il soit, par exemple, impensable d’acheter une voiture sans verrouillage centralisé, il est encore très commun d’acheter une maison « à l’ancienne », c’est-à-dire, sans commande centrale. Faute au prix, la domotique est encore (faussement ?) envisagée comme un luxe. Pourtant elle permet de grandes économies d'énergie grâce aux programmations heures creuses et au chauffage déclenché dans certaines pièces seulement lorsqu'elles sont visitées.

Finalement, tant que la production de biens et de services restera inférieure aux besoins et aux désirs des consommateurs, ce dernier sera patient et se « contentera » de ce qu’il a déjà. Un exemple très probant est celui du smartphone. Il aura fallu la montée en flèche de plusieurs facteurs pour que la majorité des personnes ressente le besoin d’en posséder : internet accessible partout, le développement des réseaux sociaux, l’offre grandissante de produits de la même gamme puis, bien entendu, la démocratisation des prix.

Point important, et peut-être même essentiel : les spécialistes remarquent chaque jour que de plus en plus de personnes au budget « moyen » s’intéressent à la domotique et commandent des installations.

Comme pour le smartphone, internet est au cœur du développement de la domotique, avec les réseaux numériques offrant la possibilité de transmission d'informations numérisée à haut débit, qui ouvrent de larges voies pour véhiculer le son, l'image fixe ou mobile et les données informatiques. Tout contrôler avec son smartphone est une option qui attire de plus en plus de monde, ce qui pourrait, à terme, permettre à la domotique de rentrer dans tous les foyers.  

L’importance de la domotique

 

La domotique offre un moyen à l’individu de mieux contrôler et gérer son environnement. L’évolution de la technologie et du mode de vie nous permet aujourd’hui d’avoir un produit adapté à nos propres besoins spécifiques. À l’avenir, grâce à l’intelligence centralisée, ou même décentralisée, il sera tout à fait possible de gérer automatiquement toutes les fonctions analysées.

Cela fera baisser les prix et l’usage sera nettement simplifié. Actuellement, les meilleurs professionnels de la domotique proposent déjà des commandes limitées en nombre et standardisées. En considérant que les utilisateurs sont plus demandeurs de services que de techniques, la domotique passe donc par des services et des relations entre individus afin de simplifier le quotidien.

Pour approfondir le sujet : http://www.touteladomotique.com/ 

Afin de clore le sujet en beauté, quoi de mieux qu’une sélection de nos biens les plus modernes ? Retrouvez, ci-dessous, quelques-unes de nos demeures bénéficiant d'installations domotiques. 

 

Share article

Continue reading