Tadao Ando : l'architecte du vide et de l'infini
27 janvier 2017

Tadao Ando : l'architecte du vide et de l'infini

Grand amateur de Le Corbusier, artiste à la spiritualité forte, au style ascétique, passionné, original, plein de spiritualité et de quiétude, Tadao Ando est considéré aujourd’hui comme une star internationale de l’architecture.

Souvent surnommé « l'architecte du vide et de l'infini », Ando a a reçu un grand nombre de distinctions, entre autres le prestigieux Ptrizker en 1995, et la Médaille Alvar Aalto 1985. Mais qui est cet élégant japonais à la voix rauque de « mauvais garçon » et quelle a été sa trajectoire ? Plongée au cœur du Japon, à la recherche d’un langage universel...

 

Une architecture humaniste

 

 

Né en 1941 à Osaka, Ando n’avait que 10 ans lorsque l’architecture vivait l’un de ses plus grands bouleversements avec la montée en puissance du design organique, et l’émergence des premiers « Case Studies » californiens (maisons au design novateur), notamment ceux réalisés par le couple Eames  (nous avons écrit à ce sujet, cliquez ici pour lire toute l’histoire).

Une époque définie par le grand maître japonais comme un temps où les architectes et designers avaient à cœur de proposer une vision réellement contemporaine de l’habitat. Des objets, des bâtiments, construits autour de l’humain et surtout pour l’humain : voilà une philosophie qu’aujourd’hui encore Ando vise à transmettre à travers ses immeubles. Une vision pérenne, résolument humaniste, bien au-delà du big business.

 

La force tranquille

 

 

Fasciné très tôt par les mathématiques et le bois, Ando est issu d’une famille modeste qui n’a pas pu lui financer de grandes études. Contre toute attente, le jeune homme décide de devenir architecte et comprend que son salut passera par l’originalité de ses idées et non pas par les écoles qu'il aurait pu fréquenter. Après avoir gagné pas mal de concours nationaux, il voyage à travers le monde (notamment en France, à Paris) en quête d’inspiration et travail pour des bureaux d’architectes avant de se mettre à son compte, en 1969.

Ancien boxeur professionnel, Tadao Ando possède 12 rencontres à son actif (ce qui lui a d’ailleurs permis de financer ses voyages) et considère la création comme un combat. Il faut aller de l’avant, toujours avoir un coup d’avance, et ne jamais laisser tomber. C’est cette énergie positive, cette sérénité combative qui se ressent dans ses immeubles et qu’il transmet à sa petite équipe de 25 personnes, au quotidien.

 

Contribuer de façon concrète à la vie des gens

 

 

Son parcours est résolument atypique, comme évoqué précédemment, aucune grande école ou université prestigieuse à mettre à son palmarès, Ando est un « self made man » qui a tout au long de sa carrière collectionné un nombre impressionnant de projets, dans le monde entier.

Bâle, Trévise, Marseille, Pékin, Venise, New York, Forth Worth (Texas), Manchester, Düsseldorf ; il y a tant de villes où se trouvent des bâtiments dessinés par ce « poète du béton » qu’il serait illusoire de les énumérer toutes…

 

Suivre le mouvement des hommes

 

 

Depuis plus de 40 ans, Tadao Ando relève le défi de la création, entre praticité et beauté, sans faire de compromis. Preuve en est, lors du terrible tremblement de terre qu’a subit la ville de Kobe (Japon) en 1995, aucun des 35 buildings dessinés par Ando n’a subi le moindre dégât. Le beau et le pratique, disait-on.

L’exemple des immeubles tokyoïtes de Frank Lloyd du début des années 40 - ayant survécu à des cataclysmes équivalents - a profondément inspiré Ando dans sa façon de penser l’architecture. Un immeuble doit savoir protéger les personnes spirituellement autant que physiquement.

 

Ressentir la fusion entre la nature et le bâtiment

 

 

La nature et ses éléments (eau, lumière, végétation, etc.), l’environnement et le choix méticuleux des matériaux sont au cœur même du message architectural de Tadao Ando. Chacune de ses créations possède un but précis et fonctionnel, c’est aussi le résultat d’un travail subtil, extrêmement sensible qui vise à susciter des interrogations au sein du visiteur, le toucher en plein cœur, le poussant à aller outre la « simple » compréhension de l’espace donné, éprouvant ainsi une réelle émotion destinée à perdurer.

 

Ode à la culture nipponne

 

 

Ses créations sont comme des sanctuaires, des lieux de réflexion, de sérénité, des bâtiments profondément humains et « vivants », dont la conception nous renvoie directement à celle des jardins nippons. D’ailleurs, les immeubles de Tadao Ando, sa façon de célébrer la nature en toute simplicité, sont indissociables de la culture japonaise. Comme l’a dit le Maître lui-même lors d’une récente interview : « il n’y a qu’un japonais pour faire ça ».

 

Quelques-uns de ses plus beaux projets

 

Church Of Light

 

 

Ville : Ibaraki (Japon)

Type de bâtiment : église

Date d’inauguration : 1989

 

Benesse House Museum

 

 

Ville : Naoshima (Japon)

Type de bâtiment : musée d’art contemporain

Date d’inauguration : 1992

 

Punta della Dogana

 

 

Ville : Venise

Type de bâtiment : musée d’art

Date d’inauguration : 2009 (rénovation)

 

Asia Museum of Modern Art

 

 

Ville : Wufeng, Taichung (Taiwan)

Type de bâtiment : musée d’art moderne

Date d’inauguration : 2013

 

Share article

Continue reading