Les secrets d'un véritable gazon à l'anglaise
23 juillet 2014

Les secrets d'un véritable gazon à l'anglaise

Afin d’obtenir un véritable gazon dit « à l’anglaise », il y a plusieurs étapes à respecter. Au sein de cet article, nous avons parcouru pour vous les six phases clés que sont la préparation du terrain, la fertilisation, le désherbage, la tonte, l’arrosage et l’aération du gazon. Examinons ensemble ces différentes étapes et les secrets qu’elles renferment, nos conseils vous aideront certainement à faire de votre simple pelouse le plus beau des gazons !

 

Le Terrain

 

La base d’un gazon bien entretenu est le terrain sur lequel il repose, il est donc impératif de bien le préparer. Le choix des graines est déterminant et il est déconseillé de ne semer qu’une seule espèce. Les principales espèces de gazon sont les fétuques qui résistent bien à la sècheresse, les agrostides qui apportent finesse et volupté, les pâturins qui donnent au gazon sa densité, sa résistance aux piétinements, à la sécheresse et aux maladies.

La première étape est l’application d’un désherbant efficace, opération qui peut avoir lieu dès le début du chantier. Utiliser un produit bio permet des résultats tout aussi bons tout en préservant l’environnement. Après les opérations de nivellement, le sol doit être compacté : vous utiliserez une pioche pour les petites surfaces et un outil mécanique pour les grandes. Il est préférable d’effectuer cette opération avant l’hiver.

Ensuite, il est essentiel de débarrasser le sol des pierres avant d’amollir la terre à l’aide d’un motoculteur. Afin d’améliorer la capacité de votre gazon à retenir l’eau et de lui amener du liant, on peut appliquer du sable ou de la tourbe. C’est également le moment de procéder à la pause de l’engrais.

Le sol est ensuite travaillé en surface par un motoculteur puis débarrassé des pierres et racines. On utilise généralement une griffe ou un râteau, mais ce dernier, plus difficile d’utilisation, peut laisser des saignées disgracieuses. Le passage d’un rouleau va aplanir la surface qui sera prête à recevoir la graine.

La semée doit être réalisée de manière très régulière, en suivant des couloirs de 1 à 2 mètres de largeur. Une réserve de graines permet ensuite de croiser ces couloirs en assurant une meilleure répartition. L’utilisation d’un épandeur à engrais et une excellente solution. Attention à ne pas de semer par grand vent ou forte pluie.

Le bord du gazon est délimité par un filet, un petit sillon où les graines sont répandues de manière assez drue. Cela assure un arrêt net et propre de la partie engazonnée. La semence est ensuite enfouie avec un léger coup de râteau en évitant de rentrer profondément dans la terre. La dernière opération est de passer les rouleaux sur toute la surface semée afin de mettre la graine en contact étroit avec la terre ce qui permettra une levée régulière.

 

La fertilisation

 

Un gazon peut durer très longtemps s’il est bien entretenu. Mais l’arroser uniquement n’est pas suffisant, il faut également le fertiliser et le désherber, car comme toutes les plantes, votre gazon a besoin d’être nourri pour se développer. L’engrais est le nutriment idéal, il permet au gazon de puiser tous les éléments essentiels au développement de ses racines, à la croissance de ses feuilles et l'aide à augmenter sa résistance aux maladies.

Chaque deux mois à partir du mois d’avril, vous devriez fournir à votre gazon les nutriments nécessaires à sa croissance, par exemple du compost organique ou de l’engrais commercial. La période idéale pour procéder à la fertilisation est comprise entre le mois de mai et juin. Le printemps provoque la pousse du gazon qui s'appauvrît, il est donc vivement recommandé de n’utiliser que des engrais à fines particules afin de favoriser une bonne répartition sur l'ensemble de la surface.

En respectant cette technique, vous éviterez l’étouffement de certaines zones, obstruées par celles qui auront eu plus d’engrais, provoquant ainsi la venue d’herbes indésirables et un gazon globalement clairsemé. Privilégiez plutôt un engrais à libération lente, vous éviterez ainsi de devoir le faire trop souvent.

Afin d’effectuer ce travail, il est vivement conseillé de se munir d’un distributeur-doseur relié à votre tuyau d’arrosage, d’une épandeuse manuelle sur roues ou encore d’un simple râteau. Le distributeur-doseur favorise la précision, essentielle à un gazon uniforme. Nota bene, il est déconseillé d’épandre l’engrais lors des semaines de grandes chaleurs estivales.

 

Le désherbage

 

C’est malheureusement une fatalité, tout gazon aussi bien entretue soit-il finit toujours par être attaqué par les mauvaises herbes. Un mauvais drainage du sol, un sol trop pauvre, trop de zones d’ombres ou un taux d’acidité trop important peuvent être la cause de l’apparition des mousses. Une autre de ces causes peut être une tonte trop rase, sujet que nous approfondirons plus loin.

Afin de contrer l’action des mauvaises herbes, le désherbage sélectif est la solution. Comme il existe plusieurs sortes de mauvaises herbes, il existe plusieurs sortes de traitements spécifiques. Pour les mousses qui résistent à la tondeuse, il est recommandé d’utiliser un engrais désherbant triple action à n’appliquer qu’une fois par saison dès le mois d’octobre, à raison d’une fois tous les deux mois. Une fois que le désherbant a fait son œuvre, il faut impérativement retirer la mousse du terrain avec votre râteau.

L’autre ennemi de votre gazon est l’étouffement provoqué par les feuilles mortes d’automne, qui en lui imposant un trop-plein d’humidité, favorisent la croissance des mousses et des moisissures. Cela signifie que les feuilles mortes doivent être ramassées dès les premières pluies. Sachez que, mises au pied des arbres, les feuilles mortes créent un humus enrichissant.

 

La tonte

 

Un gazon fréquemment tondu (une fois par semaine, de mars à octobre) gagne en résistance et en densité, ce qui le rend plus attrayant. Cependant, attention à ne pas tondre lorsque le gazon est mouillé (cela peut entrainer des champignons et bactéries) et veillez surtout à ne jamais couper plus d’un tiers de la plante (réglez la hauteur des lames de la tondeuse à 7.5 cm). Cela permet de garder intact le bouquet de feuilles « vert » de la pousse qui donne son aspect au gazon et lui permet d’effectuer sa photosynthèse, processus indispensable à la vie de la plante.

Épargner le bouquet vert évite que la pousse soit contrainte à puiser dans ses sucres, ce qui engendre un endommagement de sa racine. Au bout d’un certain temps, la plante n’a aucune chance de survie. Le résultat est un gazon très clair, brunâtre (comme s’il avait subi une brûlure) donc réellement inesthétique.

Si pendant vos vacances personne ne tond le gazon, vous vous retrouverez inévitablement avec une longueur imposante et donc peu séduisante. Surtout, détendez-vous et ne cédez pas à la tentation de vouloir le tondre à raz. L’indication donnée au sein du paragraphe précédent reste la même : il faut toujours couper maximum un tiers de la hauteur totale du gazon.

Certes, votre gazon ne sera pas directement raz comme un green de golf, mais le processus de photosynthèse des pousses sera respecté et vous pourrez réduire progressivement la hauteur de votre gazon, tonte après tonte. Il faut donc compter environ 3 semaines pour que votre gazon redevienne bien « ras ». Autre astuce, passer le rouleau après la tonte favorise le rechaussement du gazon, à éviter sur sol trop humide ou trop sec.

Le choix de votre tondeuse à gazon dépend de votre budget. Il existe une offre extrêmement variée, allant de la plus basique des tondeuses rotatives au modèle le plus technologiquement avancé. Si vous êtes passionné de jardinage, que votre surface à tondre est assez importante et que vous rêvez d’obtenir un résultat aussi précis et prestigieux que les gazons de "Football Premier League" anglaise, zébré au cordeau par le rouleau de la tondeuse, alors il vous faut une tondeuse à lames hélicoïdales.

Une tonte réalisée avec ce type de lame offre un résultat franc et précis basé sur un mouvement de lames / contrelame de type ciseau à papier. Bien entendu, la précision chirurgicale des tondeuses hélicoïdales dépend d’un affûtage fréquent des lames, car si ces dernières ne sont pas parfaitement affutées, elles arrachent le gazon au lieu de le trancher, cela favorise l’arrivée de maladies comme nous l’avons vu plus haut. Cette dernière remarque est applicable à tous les types de tondeuse.

 

L’arrosage

 

La première chose à observer est la suivante : arroser chaque jour peut nuire à votre gazon, à sa croissance et le rendre malade. Ce n’est donc de loin pas la clé pour arriver au « green de golf » britannique dont vous rêvez. Privilégiez l’arrosage matinal, le plus tôt possible, et ne donnez pas plus de 2.5 cm d’eau par semaine en moyenne à votre gazon, cela lui suffira amplement. Le nombre d’arrosages hebdomadaires dépend de la chaleur. En période chaude, prévoyez environ 3 arrosages par semaine, car bien que le gazon supporte très bien les températures hautes, il aurait tendance à perdre de sa pigmentation (jaunissement) s’il n’est pas arrosé.

 

L’aération

 

Pour faciliter l’évacuation de l’eau et favoriser la croissance des plantes, rien de tel que d’aérer votre gazon. En effet, l’oxygène présent dans la terre bloque sa densification, ce qui à terme entraîne la suffocation des racines. Si vous remarquez que le sol devient dur, trop compact, que surgissent de nombreuses mauvaises herbes, c’est que vous êtes en présence de tiges mortes et que l’eau ne pénètre pas bien dans la terre.

Dans ce cas, il est recommandé d’aérer votre gazon. Rassurez-vous, c’est un processus normal qui doit être fait deux fois par année, idéalement au début du printemps et en début de l’automne, lorsque la terre est humide. En complément, arrosez tous les 2 jours à faible débit, pendant longtemps.

Le processus d’aération commence par la tonte de votre gazon à raz, selon la technique énoncée plus haut. Puis, effectuez des passages croisés avec votre aérateur. Les pointes de cet instrument vont creuser des trous permettant ainsi à l’air de pénétrer dans votre gazon. L’étape suivante et de « reboucher » ces trous à l’aide de sable de rivière afin que les trous ne rebouchent pas trop vite. Évitez le sable trop fin qui se compactera trop vite. Pour ce faire, aidez-vous d’une pelle, passez ensuite un coup de balai à gazon et finissez par un arrosage.

Pour conclure ce « verdoyant » article, Cardis Immobilier Sotheby’s International Realty vous invite à visiter sa sélection de maisons à vendre possédant les plus beaux gazons de son catalogue. 

Share article

Continue reading